Discussion publique sur la prévention du VIH

Lors de la 18ème Conférence internationale sur le Sida qui s’est déroulée à Vienne l’été dernier, l’agenda du traitement comme outil de prévention (TasP) est passé au premier plan. Partout dans les pays occidentaux, les réflexions sur la prévention tendent à se modifier en mettant à l’avant plan une approche biomédicale qui considère que les enjeux fondamentaux du VIH (changement de comportements, inégalités sociales, accès aux services de santé, etc.) ont échoué à cause des contraintes politiques, économiques et sociales qui les accompagnent.

Des membres de PolitiQ-queers solidaires souhaitent profiter du festival VIHsion (www.vihsion.com) pour ouvrir un espace public avec la communauté montréalaise séroconcernée. Avons-nous, collectivement, encore la main mise sur les questions qui sont importantes à se poser pour améliorer notre travail collectif de prévention ? Nos voix comptent-elles encore face à l’expertise bureaucratisée et professionnalisée ?

Voici quelques thèmes que nous souhaitons aborder (Et peut-être en auriez-vous d’autres ?) :
– Les besoins des personnes séroconcernées – personnes vivants avec le VIH ou populations à forte séroprévalence (HARSAH, trans, femmes migrantes, prisonniers) – sont-ils identifiés et pleinement pris en compte par les politiques de santé publique ?

– Quel est l’état de l’empowerment des personnes séroconcernées ? Les pouvoirs sont aux mains de qui ? Les organismes communautaires sont-ils représentatifs de l’évolution des désirs et des comportements socio-sexuels des montréalais-e-s ?

– Quelles problématiques éthiques cette prévention biomédicale pose-t-elle ? Le fonctionnement du système de prévention VIH au Québec est-il satisfaisant ? Quels sont les paradoxes qui existent dans nos façons de faire ? Lesquels devrait-on aborder prioritairement ?

– Au delà des responsabilités de « pouvoirs publics » et du besoin de « fonds supplémentaires », quels sont les différents lieux et espaces qui pourraient être réabordés? Par exemple, quelle est la responsabilité des lieux commerciaux de sociabilité gaie dans la prévention ? Pourquoi n’y-a-t-il toujours pas un accès gratuit et illimité aux condoms et au lubrifiant dans les saunas montréalais ?

On vous propose donc de venir discuter librement de ces questions, sans tabous, sans langue de bois et dans le but de faire émerger un premier pas vers une critique sans concession mais constructive, pour trouver des solutions ou tout au moins des propositions adaptées aux nouveaux besoins et aux réalités contemporaines de nos communautés.

Événement Facebook

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s